Fillon et son programme très libéral qui fait mouche

    Le programme défendu par François Fillon fait l’objet de nombreuses critiques. Tout simplement parce qu’il donne l’impression de favoriser les entreprises et leurs patrons.

    La politique en France est remplie de perversité et il existe des règles qui donnent la possibilité de cerner la société politique. Des codes tellement torsadés que le nouveau candidat à la présidentielle de 2017 pour la droite devra résoudre.

    Il devra résoudre une équation complexe qui consistera à mettre en œuvre une politique très libérale sans qu’elle ne donne l’impression de favoriser les patrons et tout faire pour éviter la négation qui pourrait empêcher par conséquent, la mise en place de réformes.

    De ce fait, les dirigeants d’entreprise qui apprécient certaines mesures, ne l’avouent pas facilement parce qu’ils ne voudraient pas montrer qu’ils acceptent le travail de François Fillon, ou encore parce qu’en apportant leur soutien à François Fillon ils craignent que cela soit très mal vu par l’opinion qui pourrait réagir d’ailleurs et gêner par la même occasion François Fillon dans son élan.

    Ce qui fait que les dirigeants d’entreprises ne se prononcent pas. Parmi ceux-ci vous avez Pierre Gattaz, qui utilise plusieurs techniques complexes pour donner l’impression positive qu’il a de la politique qui offre aux entreprise un dynamise important.

    François Asselin, président de la CGPME se retrouve dans le même choix.

    Nombreux sont ses adhérents qui ont voté pour Fillon, et ce dernier pense que le travail de réforme que propose le candidat de la droite est indispensable, mais il lui est impossible de donner des consignes de vote ou encore donner son avis personnel de peur que ses positions ne produisent des effets désagréables qui pourraient bloquer les projets.

    Alors ils essaient de donner leur avis en public. Une méthode très connue des français de la droite, fautifs d’être de droite, critiqués pour leur choix libéral.

    Mais François Fillon a toujours tenu un discours très à droite et ce, depuis la démission de son gouvernement. Raison pour laquelle, plusieurs sympathisants de la droite et du centre lui ont donné leur suffrage. Alors pour séduire les français, la nouvelle instance dirigeante du parti devra tout faire pour défendre son programme sans faire de calculs politiques.