François Hollande défend son bilan sur l’enseignement supérieur face aux Présidents d’université

    Le chef de l’État a réuni les présidents d’université et les recteurs lors d’un dîner de fin d’année le 5 décembre 2016. Il était aussi question pour lui de les réunir à l’occasion de sa fin de mandat. Une rencontre au cours de laquelle, il a voulu faire un bilan un peu entaché de son action en faveur de l’enseignement supérieur.

    Je souhaite saluer le travail de Jean-Loup Salzmann afin de ne pas vous contraindre à apprécier mon action » commence François Hollande dans son discours lors du dîner annuel de la CPU (Conférence des présidents d’université) à l’Élysée. Un dîner au cours duquel, certaines personnalités telles que Jean-Loup Salzmann, annonçaient leur départ, car ce dernier quitte la présidence de la CPU à la fin de l’année. C’est également le cas pour Chef de l’État après avoir annoncé qu’il ne se représenterait pas pour un second mandat.

    Avec le ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, le secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Thierry Mandon, et de Louis Schweitzer, Commissaire général à l’investissement, les deux hommes se sont donnés la peine de faire leur bilan, demandant aux candidats à l’élection présidentielle à intégrer l’université et la recherche dans leur programme. Le Président de la CPU a expliqué dans son discours qu’il souhaite que les universités soient autonomes refusant une nouvelle loi.

    Quant à François Hollande, il reconnaît avoir posé des actes, mais certainement pas mais il ne s’est pas rendu compte que l’autonomie et les ressources constituaient les éléments importants pour que les universités puissent rayonner mais il n’a pas oublié de rappeler qu’il a revu à la hausse le budget de l’enseignement supérieur de 850 millions.

    Il ajoute l’abolition de la circulaire Guéant, l’esprit de dialogue qui « s’est matérialisé dans la réforme du master », la réforme des Comue ou encore le fait de dédié une partie du PIA 3 à l’enseignement supérieur, « avec un effort singulier sur l’innovation pédagogique ».

    Pour finir, François Hollande appelle les présidents d’université a privilégié la formation continue pour leurs établissements », à travailler plus avec les entreprises dans une répartition des rôles et développer leur distinction au niveau mondial par la qualité de leur recherche.