L’Europe ouvre ses frontières aux citoyens ukrainiens

    Les citoyens ukrainiens pourront désormais entrer dans l’espace Schengen librement mais à certaines conditions. Un geste fort de la part de l’UE à l’endroit de ce pays d’Europe de l’est.

    Alors que nous sommes à quelques jours du Sommet UE-Ukraine prévu pour le 24 novembre, l’UE ouvre ses portes pendant quelques jours aux ukrainiens.

    Les ukrainiens pourront bientôt venir séjourner en Europe sans difficultés administratives. Les pays membres de l’UE ont en fait accordé, jeudi 17 novembre, le principe d’une dispense du visa pour les ukrainiens qui pourront en fait passer trois mois au minimum dans l’espace Schengen. Au mois d’octobre, ce sont les Géorgiens qui avaient bénéficié de la même autorisation.

    Des relations renforcées

    Mais cette mesure attention l’approbation du Parlement européen. Mais pour Bruxelles, il s’agit d’envoyé un signal aux autorités ukrainiennes d’après un communiqué officiel. Quant à l’Ukraine, elle avait autorisé les ressortissants européens à venir en Ukraine sans visa depuis plus de dix ans pendant la Révolution orange.

    L’UE officialisera cette autorisation le 21 novembre, une date symbolique historiquement, car elle arrive trois ans après le début du soulèvement du Maïdan du 21 novembre 2013, à Kiev. Ce soulèvement avait provoqué trois mois après, la chute du président Viktor Ianoukovitch destitué par le parlement.

    La prudence reste de mise

    Les pays membres de l’UE avec l’élan de la France et de l’Allemagne ont tout de même mis en avant plusieurs conditions considérées comme des gardes-foules surtout dans le cas où une crise migratoire venait à naître. Avant que cette décision ne soit appliquée, l’Europe mettra en place un système de frein d’urgence. Un dispositif qui donnera la possibilité de bloquer immédiatement les exemptions de visas s’il y a un nombre exagéré de voyageurs exagéré dans l’Union à la suite de leur séjour ou si le pays d’origine ne veut pas reprendre ses ressortissants.

    En fait, le gouvernement européen a pris en compte, l’inquiétude de plusieurs pays européens par rapport à la déréglementation des visas qui pourrait toucher plus de 100 millions d’individus quel que soit le pays parmi lesquels, l’Ukraine, la Géorgie, le Kosovo et de façon hypothétique la Turquie, malgré le fait que celle-ci est en désaccord avec les critères de l’UE.