Londres confirme son statut de capitale technologique malgré le Brexit

    Malgré les prédictions négatives sur son économie, après le Brexit le Royaume Uni avance et ce n’est pas l’annonce de Facebook qui viendra le démentir. Le réseau social a annoncé qu’il construira son siège avec à la clé la création de 500 emplois. Une information qui confirme que Londres est la capitale européenne des nouvelles technologies.

    Au départ c’était Apple, puis Google ensuite Facebook qui ont tous annoncé en quelques semaines qu’ils comptent investir au Royaume-Uni et surtout dans la capitale avec en plus, des créations d’emploi.

    Ce sont des initiatives qui viennent effacer le spectre d’une baisse de l’activité économique et par conséquent l’hypothèse d’une perte d’attractivité, quand on sait que le doute a envahi le pays après le référendum qui a acté la sortie du Royaume Uni de l’UE. Mais cela n’empêche pas que ce Brexit pourrait représenter un handicap pour le pays qui n’aura plus jamais accès au marché européen comme avant.

    Lundi, au cours de la conférence annuelle de l’organisation patronale britannique CBI (Confederation of British Industry), le réseau social de Mark Zuckerberg a indiqué qu’il comptait lancer l’ouverture d’un nouveau siège dans la capitale britannique en 2017 et accroître ses effectifs au Royaume-Uni de 50% avec 500 emplois en plus à créer. « Le Royaume-Uni fait partie de ces pays attractifs pour une entreprise technologique et fait partie de Facebook en partie.

    « Facebook a ouvert ses portes à Londres en 2007 avec peu de collaborateurs et dès la fin de l’année 2017 nous comptons créer un autre siège et nous allons employer 1.500 personnes globalement », a détaillé dans un communiqué Nicola Mendelsohn, vice-présidente de Facebook pour l’Europe.

    Le siège qui verra le jour bientôt est en cours de construction à Fitzrovia au cœur de Londres. Sadiq Khan, le maire de Londres a expliqué dans un communiqué de Facebook que cela prouve que la capitale qu’il dirige demeure la première attractive pour les entreprises technologiques en Europe.

    C’est la deuxième annonce positive en une semaine et le fait que Google ai pris aussi la décision de prendre ses quartiers à Londres en construisant un grand bâtiment dans la ville londonienne pourrait ouvrir ses portes à 3000 employés de plus. Pour réaliser ce projet, l’entreprise a investi 1 milliard de livres soit 1,7 milliards d’euros.